Une petite contribution ?

Chroniques DVD
02
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : slashers de série

Halloween 4 : Le Retour de Michael Myers (1988)

Scénar : dix ans après les événements des deux premiers épisodes, le 30 octobre 1988, un énorme orage s'abat pendant qu’à l’asile de Ridgemont (« c'est ici que la société se débarrasse de ses pires cauchemars ») on se prépare au transfert d'un patient tristement célèbre, Michael Myers, sans la présence du docteur Loomis qui le suit, voire le poursuit, depuis son enfance. Bien sûr, le psychopathe s’évade direct en éclatant la tronche des infirmiers. Sa nièce, seule survivante de la famille, aurait-elle des soucis à se faire à part les insomnies et les prémonitions pas glop ? En ce jour d’Halloween à Haddonfield, Rachel sa demi-sœur lui propose gentiment mais à contre-cœur d’aller quérir les traditionnels bonbecs mais elle paume la petite fille juste au moment où les autorités ordonnent soudain à la population de rester chez elle, prêtant enfin l’oreille à Cassandre-Loomis. La pétoche générale s’installe ensuite. Avec leurs gros fusils prêts à tirer, de préférence sur n'importe qui, les rednecks locaux n'étaient déjà pas des lumières, voilà qu'en plus Michael bousille la centrale électrique… Ça promet !

Après un épisode qui n'avait rien à voir avec le reste de la série (voir à la fin de l'article), retour au slasher classique bien que pas vraiment transcendant : assez peu d'hémoglobine, malgré quelques images brutales (le pouce planté dans le crâne, ça c'est fort !) et un scénario invraisemblable sont bien évidemment au programme, ainsi que des ados, très moches cette fois (les mecs sont forcément des cousins des Bogdanoff). Le plus horrifique là-dedans est en fait la mythique musique de Carpenter, une réussite totale et minimaliste faisant mouche à tous les coups.

Michael Myers, qui n’en est pas à son premier trépas, semble s'apparenter ici à un fantôme, donne l’impression de vivre dans le cauchemar comme le griffu Freddy tout en persistant avec un bel acharnement à vouloir exterminer sa famille jusqu’aux racines, peu importent alors les histoires d'amour contrariées (typiquement teen movie) ou les théories (« on s'habitue pas à la folie, jamais »). Un schlass et ça repart !

Le détail du film : parfois les noms de famille sont lourds à porter, par exemple dans le cas de la station-service Penney’s

Bonus : « La Saga Halloween », résumé en images des 5 premiers épisodes (3’) et un petit topo sur les tueurs en série

https://www.youtube.com/watch?v=a4ENiJCmaAo

Halloween 5 : La Revanche de Michael Myers (1989)

Scénar : allez hop, on reprend à la fin du quatrième épisode et on explique le pourquoi aquatique de cette cinquième partie : les morts nagent ! Et c'est parti pour une nouvelle série de crimes un an plus tard ! La seule petite survivante de la famille est toujours dans la ligne de mire du têtu Michael Myers. Pour arranger le tout, on dirait qu’ils entretiennent tous deux un lien télépathique. Mais heureusement le docteur Loomis est là à veiller sur la petite devenue muette, d'autant plus que les habitants d’Haddonfield la croient maudite ou possédé. Comment ? Un concours de déguisements à l’hosto, cool on va rigoler ! Mais au fait, there’s a new man in town, avec un chapeau et des santiags, mais qui est donc ce mystérieux et sombre bonhomme ?

Avec un splendide générique tailladé de coups de lame, serait-ce enfin le retour au vrai slashing originel ? Si on parle de citrouille, la réponse est oui, sinon non. Car comme d'habitude maintenant, des adolescents délurés déambulent bêtement dans cet épisode et la cible innocente de Myers se débat dans les fils fous des intentions du démon masqué en plus de l'incompréhension des gens « normaux », encore heureux que la peur rende soudain la parole à la petite car certains l'écoutent avec attention, comme Loomis qui semble toutefois travailler du chapeau à son tour… C’est moche de vieillir !

En parlant de moche, au côté d’un perroquet alcoolique (si, si, promis !), certaines tronches du casting (les flics entre autres) sont à peine croyables mais n’aie crainte, Michael Myers s’accommode parfaitement du matériel sur place pour les rectifier, fourche, faux ou griffe de jardin (« dis donc raclure, tu aimes le jardinage ? ») sont peut-être l’avenir de la chirurgie esthétique qui sait ?

La phrase du film ? « Hey face de plâtre, on est pas au musée des horreurs ! ».

Bonus : « La Saga Halloween » résumé en images des 5 premiers épisodes (3’) et un quizz Halloween en dix questions.

 

Au sujet des épisodes précédents, voir :

Halloween de John Carpenter (avec Jamie Lee Curtis, Donald Pleasence...) 1978

Halloween 2 (avec Jamie Lee Curtis, Donald Pleasence…) 1981

Halloween III de Tommy L. Wallace (avec Tom Atkins, Stacey Nelkin…) 1982

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac