Chroniques DVD
02
Avr
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : comédie de mœurs

Scénar : Dans quelles circonstances les jeunes femmes offrent / perdent-elles leur virginité ? Marie-Claude ne tient plus, elle doit savoir les choses (physiques) de l'amour. Son prétendant ne pouvant pas assurer, elle se rend à une fête où les dragueurs sont de sortie. Entreprenante et impudique, elle n'en est pas moins inexpérimentée et fragile. De son côté, Geneviève se marie un peu dépitée, elle est même horrifiée par la nuit de noces où elle découvre son homme sous un autre jour. Christine fraie avec un aristo flemmard et zozotant mais entretient une autre liaison avec un artiste, elle saura y faire pour parvenir. Sophie rencontre un jeune homme à la piscine. Pour être « modernes » ils veulent rapidement aller plus loin, encore faudrait-il qu'ils trouvent un endroit pour le faire… Nora subit un chef de service tyrannique qui ne tarde pourtant pas à céder devant ses charmes…

Au lieu d’un simple film à sketches dont le procédé montre souvent ses limites, Jean-Pierre Mocky (on signale aussi Jean Anouilh dans les aides au scénario) croise les histoires de ces vierges avec des liens de parenté, et les familles valent le détour ! Les pères par exemple : Francis Blanche incarne le chef de cette famille noble où tout le monde zozote ou chuinte, Jean Poiret est un patriarche coureur qui se frite sans attendre avec son gendre tout neuf, "prude comme un sacristain". Autour de Charles AznavourGérard Blain et les autres (dont le très jeune Patrice Laffont qui fait une apparition), on retrouve aussi une bonne partie du casting de Snobs ! sur le film : par exemple Rudy LenoirHenri Poirier ou Jean Tissier, parfois pour interpréter des personnages aux traits absurdes comme ce médecin qui ne s'exprime que par des borborygmes.

Les pointes comiques ne manquent pas alors que le propos, une expression un rien grinçante de la liberté du corps revendiquée par certaines jeunes filles, à cette époque scandaleuses, est très audacieux pour l'époque (le film est interdit moins de 18 ans ?!) surtout que l’on rappelle qu’en 1960 la majorité est toujours à 21 ans ! Pourtant Les Vierges s’avère n’être qu’une comédie de moeurs très chouette, avec ce côté désenchanté ressenti pendant Les Dragueurs dont il est un peu la "réponse". Grand succès à sa sortie, Les Vierges n’est pourtant jamais passé à la télévision à cause de son sujet sulfureux… Dommage !

Bonus : film annonce, interview de Charles Aznavour et de Jean-Pierre Mocky, galerie de photos.

© GED Ω - 24/04 2015

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

poesie punk norman roswell livre
terence hill bud spencer pirate