Une petite contribution ?

Chroniques de nouvelles
04
Jan
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Le tableau de chasse du célèbre Harry Dickson manquait-il de fauves ?

Eh bien soit, ainsi fera l’affaire celui qui a réduit en charpie un gardien du zoo. Le détective découvre néanmoins le caractère très artificiel de ce crime malgré une éventualité de surnaturel, un homme mort serait même dans la nature si on écoutait tout le monde. Mais au fait, comment se débarrasser d’un mort ?! Du « manoir aux araignées » au fin fond de la Sibérie, les dangers ne manqueront pas sur la route de Dickson dans ce récit à la frontière du fantastique, et même de l’horreur (la description de la mort de Nitikine est carrément cinématographique) où Jean Ray excelle à mettre en scène le mystère dans un décor déjà passablement ténébreux.

Messire l’anguille, « la terreur des petits vieux » (ses victimes sont tous d’anciens négociants en sucre des Antilles, ruinés et exilés à Londres et désormais d’un âge canonique), se joue à la fois de ses victimes qu’il ridiculise systématiquement mais aussi des enquêteurs, y compris Harry Dickson et Tom Wills qui commencent même à ressentir un certain respect pour le facétieux monte-en-l’air. Mais soudain le drôle de cambrioleur devient assassin, de quoi rendre Dickson perplexe. Celui-ci entre fortuitement en possession d’un objet que Messire l’Anguille veut absolument, le combat sera féroce à cause de ce doigt enveloppé dans une pelote de laine… Bizarre !! Jean Ray multiplie dans cette nouvelle les personnages fantasques et injecte son humour caractéristique dont il fit déjà usage dans quelques récits précédents 1 mais ne néglige pas pour autant la facette horrifique avec une effrayante scène d’attaque d’animaux exotiques dévoreurs de touristes, témoignant encore une fois du don de l’auteur pour la description criante de vérité.

122 pages, 2 €
ISBN : 2277300896

1 au rayon Jean Ray, on peut trouver ici Le Châtiment des Foyle suivi de Les Vengeurs du diable, Les Étoiles de la mort suivi de Le Studio rouge et Le Fauteuil 27 suivi de L’énigmatique Tiger Brand.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

becker continental goupi mains rouges film
punk rock ramones new york