Une petite contribution ?

Chroniques romans
21
Juil
2014

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l'origine dans Le Tafeur N°54]

 

Ex-mercenaire chez le BRIAN JONESTOWN MASSACRE entre autres, Tony O'Neill signe avec ce cinquième roman chez 13ème Note une très belle galerie de vie brisées par la drogue et la poisse, au moyen de descriptions borderline méticuleuses et imagées. Black Neon c'est le film que se décide enfin à tourner Jacques Seltzer, un réalisateur français culte que son agent Gibby harcèle depuis des siècles afin qu'il donne suite à ses débuts révérés par son public. Mais attention ce film se devra de tout envoyer chier. En effet, Jacques est clair d'entrée: « J'ai envie de faire un film qui reflète ce qu'est cette saloperie d'Hollywood et de lui mettre le nez dans son caca […] Je cherche à trouver les gens qui correspondent aujourd'hui à ceux pour qui écrivaient Charles Bukowski et John Fante. Des ratés magnifiques. Des déjantés. Des tox et des putes. Pas des acteurs ». Et il va être servi avec Jeff l'Irlandais foncedé de longue et sa copine Rachel le trans, Randal l'ex-junkie ou les braqueuses de pharmacies framées Lupita la manchote et Genesis la putain en rupture. « A mes yeux, Los Angeles représente la fin de la civilisation. J'éprouve autant de fascination que de répulsion pour cette ville ». Et tu ne vas pas être déçu mon Jacquot ! Entre deux extases post-fixes (« Les enfers bienheureux suspendus entre mort et lucidité »…), on a tôt fait de découvrir un rêve américain aux bras plein de trous, le superficiel de la légende en prend plein les dents sous les coups de boutoir d'une écriture incisive qui donne la vie à des personnages mémorables comme si Las Vegas Parano de Thompson télescopait Porno de Irvine Welsh sous l'œil du Jerry Stahl de Speed fiction (même éditeur), l'appareil photo du tordu Cheyco Leidmann dans la pogne. Une littérature de la déchéance peut-être, surtout de l'errance, un road-trip urbain mais pour aller où ?! « N'importe où mon vieux. Au fond ça n'a pas d'importance ».      

 

395 pages, 23,50€

ISBN: 9782363740601

 

© GED Ω - 21/07 2014

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac