Une petite contribution ?

Chroniques BD
02
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Après deux albums avec son compère Cromwell (voir Le Bal de la sueur de Cromwell, Riff Reb’s et Ralph (EDS - 1985) et Aaargl! de Cromwell, Riff Reb’s, Édith et Ralph (Éditions Glénat - 1987)),

Riff livre un bon gros et bel album à l’univers très différent, très sombre, qui met en scène dans une Italie post-apocalyptique la lutte des hommes libres contre le joug du fascisme armé des Rasants (ceux qui coupent le cheveu court à n’en pas douter). Ces résistants vivent aussi sous le couperet impitoyable de la Crève, un gaz que balancent des aéronefs sur les populations, les rendants « pelées ». Mais le fougueux Libero n’a pas l’intention de laisser faire, sa manie de fabriquer des bombes fait de beaux dégâts parmi les troupes adverses mais tout se complique quand on lui met ses deux cousins dans les pattes. Antonia lutte elle aussi de son côté mais sa capture lui permet d’apprendre l’autre horrible vérité derrière le régime, celle des « génitrices ». Monde de merde !

Un scénario noir comme il faut, un dessin toujours percutant et reconnaissable (c’est marrant comme Antonia rappelle Sergueï !) pour un album qui évoque forcément un peu le climat dingue de La Nuit de Philippe Druillet, ou un Jour des morts vivants de Georges A. Romero habité par un peu d’espoir, avec ici et là des clins d’œil havrais, faits exprès ou pas comme la mention des CITY KIDS ou le nom d’un personnage qui rappelle les origines d’un certain Roberto Piazza. Le fait qu'il soit sorti en 88 n'ajoute qu'un peu plus de sel à la recette. Un album à redécouvrir !

90 pages en noir et blanc
ISBN : 2723409333

Pour info, Frédéric Dard a aussi écrit un livre qui porte ce titre et a un rapport avec le fascisme, voir La Crève de Frederic Dard (Fleuve noir - 1989)

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac