Une petite contribution ?

Chroniques DVD
20
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : Arsène Lupin contre la CIA


Scénar : que se passe-t-il quand un cambrioleur assiste à un meurtre planqué derrière un miroir sans tain ? Peut-on imaginer le boxon quand le meurtrier se trouve être le président des Etats-Unis en personne ? Et que son équipe sait qu'un témoin va se révéler gênant pour étouffer l'affaire ? Cours, Luther, cours !


Clint Eastwood retrouve Gene Hackman après le monument Impitoyable (voir Impitoyable de Clint Eastwood (avec lui-même, Morgan Freeman...) 1992), convie aussi l’excellent Ed Harris, tous sont fidèles à leurs rôles habituels. On peut dire que le romantisme intégral de La Route de Madison a fait long feu avec cette dispute sexuelle qui termine en meurtre ! Heureusement la gentille bouille de Laura Linney, qui joue la fille de Luther, adoucit un peu une galerie de vrais salopards.


Le héros, comme plus tard celui de Gran Torino (voir Gran Torino de Clint Eastwood (avec lui-même, Bee Vang...) 2008) est un blessé de la Guerre de Corée, ce qui ne l’empêche pas d’avoir une forme physique étonnante pour son âge, Clint s’entretient ! Il est aussi paradoxal, l’animal ne sait pas faire fonctionner un magnétoscope mais désactive des alarmes high-tech, ce n’est d’ailleurs pas le seul détail qui fait tiquer : l'hôtel s'appelle Watergate, une étiquette stipule: « Proud support of Desert Storm »…


Les Pleins pouvoirs est un bon thriller pour faire passer le temps, pas le meilleur Clint mais ceci est toujours au-dessus de la concurrence dans quelque style que ce soit d’autant que le scénar est bien ficelé même si pas super crédible, attendez-vous au chat et la souris version méchante ornée d’une B. O. lancinante et angoissante, et à la fois groovy et jazzy (c’est la Niehaus touch, you bet it is).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac