Une petite contribution ?

Chroniques DVD
12
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : alien-action

Scénar : non mais jamais ça se calme un alien là ? Parce que crac, un passager clandestin a fait des siennes dans le Sulaco. Ripley se crashe sur une planète-prison et avec elle quelque chose que repère le chien direct : un streum avec des pattes vénères. Manquait plus que les habitants, vingt-cinq hommes - au chromosome double Y, la lie de la société - ne craignent que la présence d’une femme foute le boxon dans leur « harmonie » monosexuelle et accrochée au règlement puisque c’est tout ce qui leur reste. On dépêche donc une navette qui prend son temps pour arriver dans ce paradis des furax, Fiorina-16. Tu penses bien que la sinistre compagnie Weyland-Yutani est au courant de tout et qu’elle veut récupérer Ripley et l’alien, sûrement dans un but philanthropique…

Sigourney avec son crâne rasé est peut-être plus belle encore qu’avec ses frisettes des épisodes précédents 1 (et même sexuée, première nouvelle !) et David Fincher, dont c’est le premier vrai film après d’innombrables clips, a réuni un casting très solide avec l’excellent Charles Dance en tête mais aussi Charles S. Dutton (le Alvah Case de Oz), Pete Postlewaithe, et bien sûr Lance Henriksen qui a dû être ravi par la session maquillage. Et tout ce petit monde se voit balancé dans un flippant labyrinthe de tunnels dans la prison pour égayer la chasse dont les humains sont bien sûr les proies.

Plus un film de série que les précédents avec moins de stress et plus d’action prévisible, Alien 3 souffre parfois d’animations numériques pas discrètes et très mal vieillies mais divertit quand même un minimum, quelques effets semi-gore viennent éclairer d’un flash les décors sympas faits de grands murs et de gros tuyaux et si même dans l’espace les simagrées d’obsèques et de prières ont cours, Ripley ne compte que sur sa pomme et se révèle même douée en bricolage quand il s’agit de rendre la monnaie de leur pièce aux malfaisants. Non mais !

Bonus : coulisses du tournage (22’, contenant aussi la bande-annonce américaine), bande-annonce originale.

1 voir Alien de Ridley Scott (avec Sigourney Weaver, Tom Skerritt…) 1979 et Aliens - Le Retour de James Cameron (avec Sigourney Weaver, Carrie Henn…) 1986.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac