Une petite contribution ?

Chroniques DVD
05
Avr
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: guerre

Scénar : sans rire, le principal est dans le titre non ? Disons pour aller un peu plus loin que pendant l'hiver 1944 la hiérarchie américaine ne veut pas croire à une contre-attaque allemande dans les Ardennes malgré les photos inquiétantes prises par le lieutenant-colonel Kiley. Pourtant les panzers du pugnace colonel Hessler sont bien tapis dans la forêt et attendent l'ordre de marche pour déferler chenilles au vent. Si c'est la fin des haricots pour la Wehrmacht, ce n'est pourtant pas la fin tout court comme elle va tenter de le prouver sur le front des Ardennes. A cette époque « une goutte d'essence est une goutte de sang », la pénurie règne et les allemands sont prêts à tous pour chouraver les stocks alliés. Les épisodes de Malmédy avec des teutons en uniformes britons, le massacre de GI par le Kampfgruppe Peiper, le « Des nèfles ! » de Bastogne, sont au programme, fort logiquement.

Les décors de ruines sont très convaincants, et on assiste à un vrai festival de chars, les « Tigre » contre les bazookas, ça a de la gueule quand il se trouve que les scènes de bataille sont à grande échelle et très réalistes, sûrement un reliquat qu'Annakin doit à sa participation au légendaire Jour le plus long en 1960. Quelques détails suspects quand même comme la présence de super modèles réduits d'armes secrètes dans le bureau du « guénéral » allemand ou parfois des plans sur maquettes peu discrets. 

On aura droit à quelques duels hiérarchiques très classiques, côté allemand un général fanatique jusqu'au point de non-retour face à un kolonel cynique mais déterminé ; côté américain le général guindé à l'extrême est confronté à un colonel intuitif, issu de la police. Certains acteurs sont utilisés pour des rôles habituels : Bronson est courageux et batailleur, Telly Savalas un magouilleur au cœur finalement plutôt tendre, Henry FondaRobert Ryan et Robert Shaw sont égaux à eux-mêmes dans leur rôle de gradés. 

Deuxième (!!!) film commis par Ken Annakin pendant l'année 1965 après le très drôle Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines, La Bataille des Ardennes s'avère être un bon vieux film de guerre bien manichéen comme on les aime dans la lignée du Jour le plus longUn pont trop loin et les autres.

Et une scène du Grand Détournement à trouver pour ceux qui connaissent !

© GED Ω - 11/01 2013

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac